Le plaisir de Penser 104 • Nos quatre névroses

ALEJANDRO JODOROWSKY : le Moi Essentiel, la Conscience, ce qu’en réalité nous sommes, est une unité impersonnelle, sans limite. Le Moi artificiel, limité, créé par la famille, la société et la culture, est divisé quatre ego (symbolisés dans le Tarot par l’épée, la coupe, le bâton et le denier) : l’ego intellectuel qui s’exprime par les idées, l’ego émotionnel qui s’exprime par les sentiments, l’ego sexuel qui s’exprime par les désirs, et l’ego corporel qui s’exprime par les besoins.

Chacun de ces quatre ego, chez tous les êtres humains sans exception, souffre d’une forme de névrose : l’intellectuel se sent inférieur, l’émotionnel se sent angoissé, le sexuel se sent castré et le corporel se sent abandonné.

ÉPÉE : une personne, même réalisée, un artiste célèbre, un dictateur suprême, un multimillionnaire, se sentira inférieure au plus profond d’elle-même, elle se comparera, ne sera jamais satisfaite, essayera d’obtenir toujours plus. Cette névrose est le produit de la sentence mortelle qui pèse sur tout être vivant : la mort physique est inévitable, tout comme le vieillissement et ses attributs. Cette névrose nous conduit à critiquer négativement les autres.

COUPE : une personne, même très aimée, verra son ego envahi par l’angoisse. Cette peur de l’inconnu est le produit de l’ignorance : personne ne sait ce qu’est la vie, ni le pourquoi de son existence, personne ne connaît la totalité de l’univers. Cette névrose nous conduit à nous laisser fanatiser par des doctrines ou des religions sectaires.

BÂTON : une personne (femme ou homme), même très puissante, forte, efficace, se sentira castrée, incomplète, il lui manquera toujours quelque chose, elle sentira toujours qu’on lui a enlevé quelque chose. C’est produit par le fait que tous nous vivons dans une cage mentale, dans un ego limité, séparés des valeurs incommensurables de notre inconscient. Cette névrose nous conduit à l’envie, à l’agressivité et à la haine.

DENIER : une personne, même très protégée, se sentira abandonnée dans un monde incompréhensible et agressif, au système économique incertain. Elle s’attachera à ses parents et aux gens de sa famille jusqu’à un âge avancé, cherchera des ami/es en qui elle pourra « avoir confiance ». Ceci est dû au fait que tous nous vivons sur une planète qui, pouvant être paradisiaque, peut nous attaquer par tout type de catastrophes, de séismes, d’ouragans, de sécheresses, d’inondations, d’incendies, d’astéroïdes mortels. Cette névrose nous conduit, en essayant de nous protéger, à l’égoïsme, à la manie de collectionner des possessions.

Pour supporter l’infériorité, nous apprenons à nous identifier, c’est-à-dire incorporer les valeurs des autres. Nous admirons des artistes, des sportifs, de fortes personnalités. Et cette admiration nous fait sentir que nous possédons leurs qualités. Nous combattons pour obtenir des récompenses.

Pour supporter l’angoisse, nous apprenons à appartenir à des sectes, des religions, des partis politiques. Nous nous livrons à des ego délirants qui disent tout savoir, et avoir une solution à tous les problèmes.

Pour supporter la castration, nous apprenons à nous créer des membres imaginaires en dominant les autres, en donnant des ordres et des interdictions, en accumulant de l’argent.

Pour supporter l’abandon, nous nous amarrons aux autres en formant des couples sans amour, des sociétés qui nous vampirisent, en prenant part à des festivités qui nous abrutissent, et à des activités de groupe qui sont seulement des jeux superficiels.

Il semblerait que l’objectif suprême de l’ego intellectuel soit d’être un GÉNIE, aspirant à ouvrir de nouveaux chemins pour le développement de l’humanité.

Il semblerait que l’objectif suprême de l’ego émotionnel soit d’être un SAINT, acceptant l’ignorance sacrée pour se fondre dans la volonté divine.

Il semblerait que l’objectif suprême de l’ego sexuel soit d’être un HÉROS, décidant de sacrifier sa vie pour une cause sociale qui lui paraît juste.

Il semblerait que l’objectif suprême de l’ego corporel soit d’être un CHAMPION, employant toutes ses énergies à vaincre les autres pour devenir à chaque fois meilleur.

Le chemin pour vaincre ces quatre névroses est celui d’apprivoiser ses ego limités pour qu’ils apprennent à se fondre dans le Moi Essentiel, qui est impersonnel, qui est tout, qui sait tout et qui peut tout. Mais c’est le sujet d’un autre chapitre du « Plaisir de Penser ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s