Les poumons : symboles de communication et de liberté…

Les poumons symbolisent le contact, la communication, la liberté, le fait de donner et recevoir.

Dans la respiration s’établit et se maintient le contact avec le monde extérieur sous forme d’échange de gaz entre l’air et le sang (le sang veineux est transformé, comme dans le laboratoire d’un alchimiste, en sang artériel). La respiration nous relie avec tous les êtres vivants puisque tous nous respirons le même air.

Le rythme respiratoire est de quatorze inspirations-expirations par minute (un nombre qui guérit, selon le Tarot) et nous répétons ce cycle 21.000 fois chaque jour. La respiration, avec l’alimentation, est notre combustible vital. Un soupir spontané est un « supplément » de vie que notre âme réclame.

Par nature, les poumons sont des organes flexibles (ils se dilatent et se vident à chaque respiration) et passifs (ils se meuvent par l’action des muscles qui les entourent et par celle du diaphragme). Quand une personne rejette en elle ces attitudes, la flexibilité et la passivité, pour exalter les contraires : rigidité et hyperactivité, elle peut développer des problèmes pulmonaires.

Respirer signifie absorber, maintenir et partager la vie. Dans cette perspective les problèmes respiratoires expriment notre difficulté d’inspirer et de faire valoir la vie en nous. Les motifs peuvent être : la peur, les obstacles, le manque de capacité à nous défendre des agressions (réelles ou imaginaires) de notre environnement et le manque d’espace pour se mouvoir.

Les poumons, tout comme la peau, sont des organes de contact avec l’extérieur, mais à la la différence qu’avec la peau nous pouvons volontairement décider (je touche ou je ne touche pas, je me laisse toucher ou je ne me laisse pas toucher). Avec le poumon, le contact est fait de manière involontaire, c’est pourquoi il est très susceptible d’être abusé. Tout abus dans ces huit centres, peut causer des lésions ou des tumeurs aux poumons :

DONNER – PRENDRE
RELAXATION – CONTRACTION
CONTACT – REJET
LIBERTÉ – ANGOISSE

L’ennemi numéro un des poumons est le tabac, que l’on met généralement en rapport avec le cancer de poumon. Une relation directe entre ce type de cancer et la dégénérescence apparaît dans le domaine des contacts et de la communication. Disons que chaque cigarette est un duel entre la vie et la mort : nous avons l’illusion que nous contrôlons ce que nous inspirons et de cette façon nous nous sentons plus vivants, tandis que d’autre part, nous savons que cet « air » chaud qu’à volonté nous absorbons, maintes et maintes fois et en excès, peut nous conduire à la mort.

Il est impossible, en réfléchissant sur ce sujet, d’oublier l’image graphique et somatique que nous offrent les poumons malades alignés derrière ces barrières osseuses que sont les côtes. Ils sont comme deux grands oiseaux en cage. Ne pas accepter les limitations, les résistances aux normes imposées et les courants contraires au flot de la vie, peuvent aussi entraîner des problèmes de santé dans ces organes emprisonnés.

Questions que nous pouvons nous poser :

Ai-je de la peur d’être libre et indépendant ?
Y-a-t-il quelque chose ou quelqu’un qui m’empêche de respirer ?
Avec qui ou avec quoi je ne souhaite pas entrer en contact ?
Le désir de vivre me manque ?

Un exemple d’acte psychomagique en rapport avec les poumons :

Quelqu’un dit :  J’ai peur de mourir d’un cancer du poumon ! Mon père est mort du cancer à 43 ans… et je suis sur le point d’avoir son âge.

Que peut faire cette personne soumise à cette peur ?

Une solution possible pourrait venir de la psychomagie. Dans ce cas on voit que c’est une peur héritée, quelque chose qui vient du père. Le consultant pourrait, comme propose Alejandro Jodorowsky, acheter une boule en fer (par exemple de pétanque) et la peindre en noir. Ensuite dans un petit sac à dos il porterait pendant trois jours ce poids qui ne serait pas enlevé, même pour dormir (symbolisant le poids que nous portons sous forme de peur).

Finalement le consultant irait sur la tombe où est enterré son père et lui laisserait la boule en fer, lui restituant ainsi ce qui lui appartient. Et comme il faut toujours finir ces actes positivement, avec du miel, il écrirait sur la tombe les mots Paix, Amour et Liberté.

Publicités

4 réflexions sur “Les poumons : symboles de communication et de liberté…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s