Cabaret mystique 18 • Toutes les personnes ont deux corps : le réel et l’imaginaire (2)

Alejandro Jodorowsky : Si nous avons un corps imaginaire, il est aussi nécessaire que nous nous rendions compte que nous avons un esprit imaginaire. Nous avons des pensées inconscientes, des perceptions olfactives, auditives, tactiles, visuelles, gustatives beaucoup plus développées que celles que nous croyons « réelles ». Nous voyons plus que ce que nous croyons voir, nous entendons plus que ce que nous croyons entendre, nous goûtons plus que ce qui est que nous croyons goûter, nous flairons plus que ce qui est que nous croyons flairer, nous percevons avec le toucher beaucoup plus que ce que nous croyons percevoir, nous pensons plus que ce que nous croyons penser. Nous ne sentons pas complètement nos sensations, nous avons des pensées dont nous ne nous rendons pas compte, nous vivons dans des limites perceptives, provoquées depuis notre naissance par notre famille et ensuite par la société. On nous submerge dans des préjugés et des conceptions ankylosées de la réalité et de nous-mêmes. Nous devons apprendre à penser librement, (je ne dis pas « intelligemment », je dis « librement »). Le travail magique consiste à dissoudre les limites de notre intelligence et de nos perceptions. Ces limites nous enferment dans des cachots irréels qui nous empêchent d’accéder à la conscience suprême. La clé pour obtenir ceci est l’attention.

Je te propose de prendre une feuille et d’écrire dessus toutes tes croyances. La pensée humaine n’est pas basée sur des vérités objectives mais sur des croyances. Croire en quelque chose c’est savoir, mais ce n’est pas connaître. Écris à côté de ce que tu crois, ce que tu connais. Crois-tu que tu aimes ou connais-tu l’amour ?. Crois-tu en la générosité ou connais-tu la générosité ? En faisant cette liste tu te rendras compte que ce qui t’arrive avec les pensées, t’arrive avec les sentiments. Tu crois posséder des émotions qui ne sont pas les tiennes, qui ne te correspondent pas. Ou parce qu’elles sont des restes de l’enfance ou parce qu’elles appartiennent à tes parents ou à d’autres parents. Beaucoup de personnes vivent une dépression copiée sur celle de leur mère, un sentiment d’échec imité sur leur père, etc. Quand tu considères que tu as fini cette liste, coupe la feuille en deux, et brûle la colonne des croyances. Enterre ensuite la colonne des connaissances et plante par-dessus un arbuste fleuri.

Nous avons aussi des désirs et des nécessités qui ne sont pas les nôtres. La maladie dont je souffre est dans mon corps réel ou dans mon corps imaginaire ? J’ai connu une femme qui se plaignait d’avoir une tumeur dans la colonne vertébrale qui lui dévorait la moelle épinière. Aucune radiographie n’avait pu la détecter. Toutefois cette tumeur fantôme créait une barrière entre son corps réel et son mental réel, l’empêchant de vivre son émotionnalité féminine. Ses parents avaient souhaité avoir un fils et non une fille. Ma consultante, ne pouvait pas assumer son corps de femme, toute manifestation de lui, les sentiments affectueux, l’orgasme, les règles, la maternité, l’éloignait de l’amour de ses parents. Ne pouvant éliminer aucune de ces manifestations, elle créait une tumeur invisible dans sa colonne vertébrale. Que doit-on guérir, le corps organique ou le corps imaginaire ? La médecine officielle ferait un grand pas en avant si elle se proposait de guérir les deux corps en même temps. Si la tumeur se forme dans le corps imaginaire, au bout d’un certain temps, elle peut se reproduire dans le corps réel. Quand Pachita opérait le corps imaginaire, le patient devait attendre six mois pour que le traitement se propage dans son corps réel. Le résultat n’était pas instantané.

Porte ton attention sur tes sens. Observe ce que tu vois, en écoutant, en touchant, en aimant, en sentant. Tu verras que tu es infesté/e d’habitudes, de répétitions, d’idées pétrifiées. Les artistes nous enseignent à développer les sens : les peintres savent voir plus, les sculpteurs découvrent de nouvelles relations entre le toucher et les volumes, les musiciens découvrent que les sons sont aussi musique. Toutefois les magiciens vont plus loin : en touchant un objet ils peuvent connaître son histoire, les sentiments de ceux qui les ont touchés ou fabriqués. Ils peuvent converser avec les objets et les animaux, pas au moyen du langage commun, mais avec des perceptions subtiles. Ils peuvent aussi sentir le parfum des idées ou des souvenirs… Essaye de vaincre tes limites. Par exemple, propose-toi de penser d’une façon que tu as toujours refusé. Si on t’a appris à avoir une image gentille, positive du monde, laisse venir à ton esprit les pensées les plus obscures, les plus sadiques ou destructrices possibles. Ou inversement, si tu vis avec des concepts négatifs, permets qu’entrent dans ton esprit des conceptions sublimes. Mets-toi à la place des objets, parcours ta maison en imaginant ce que sent chaque meuble, chaque plante dans son pot, chaque chose qu’on t’a offerte. Observe les sentiments que tu répètes. Si tu es frigide demande-toi pourquoi tu t’empêtres avec des éjaculateurs précoces. Demande-toi, si tu souhaites tant avoir un fils, pourquoi tu te mets en couple avec un homme qui a des problèmes avec son sperme. Pourquoi tombes-tu toujours amoureux de femmes mariées ? Détecte tout ce monde de choses imaginaires que tu répètes sans cesse. Enfin, demande-toi :

La sensation que j’ai de mon corps est-elle complète ? Vis-je dans un corps réel ou dans un corps imaginaire ? Mon mode de vie me correspond ou correspond-il à d’autres personnes ? Qu’est-ce qui est authentique et complet et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Vois-je mes enfants réels ou les vois-je seulement de la façon dont je les imagine ? Que suis-je en vérité et qu’on m’a interdit d’être ? Que ne suis-je en aucune manière et qu’on m’a obligé à être ?

Image : Need To Bleed

Publicités

4 réflexions sur “Cabaret mystique 18 • Toutes les personnes ont deux corps : le réel et l’imaginaire (2)

  1. bonjour

    Merci pour cet article et ce site …..je souhaiterais écrire à Alejandro Jodorowski, est il possible de me communiquer une adresse postale ou mail…merci d’avance
    bien à vous

  2. Il est question de plonger dans son être le plus profond. S’isoler. Et sentir. Qu’est-ce que nos pensées, alors, nous transmetent. Nous sommes, croi-je, mi réel mi irréel. Ou mi conscient mi inconcient. Ou vons nos pensées. Il faut les chercher

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s