Cabaret mystique 13 • Récupérer la réalité

 

Alejandro Jodorowsky :

L’histoire que je vais raconter, peut-être d’origine turque, est d’une grande sagesse :

Dans un petit et paisible village, vit un vieux sage. Un jour, tout d’un coup, toutes les poules tombent  raides mortes. Alors les villageois vont voir le vieux et lui demandent :
– Que dites-vous de ceci, est-ce une malédiction ?
– Non – répond le sage – c’est une bénédiction. Je ne peux pas vous dire pourquoi, mais c’est pour nôtre bien.
Les villageois s’en vont en se disant que le sage a déjà trop vieilli… Le jour suivant, tous les chiens s’effondrent, paralysés. Les villageois retournent voir le sage.
-Et maintenant, dites-nous, ceci est bon ou ceci est-il mauvais ?
– C’est bon !
Le troisième jour, tous les feux s’éteignent. Ni les cuisinières, ni les fours à pain, ni les chauffages ne fonctionnent, on ne peut plus allumer une torche. Tous accourent à nouveau à la hutte du sage.
– Maintenant en effet c’est vraiment une malédiction !
– Non, c’est pour nôtre bien !
– Comment pouvez-vous dire qu’il est bon que nos poules et nos chiens soient morts, que les feux se soient éteints ?  Vous êtes devenu fou, nous ne croyons pas en vous !

À ce moment là, une bande de féroces bandits passe près du village. Tous les villageois se terrent en pensant qu’ils vont être dévalisés et décapités. Ils se cachent en retenant le plus qu’il le peuvent leur respiration. Mais le chef des voleurs observe les rues vides et dit : « Il n’y a pas de poules, il n’y a pas de chiens, il ne sort aucune fumée des cheminées, personne ne vit ici. Allons-nous en ! »…. Et c’est  ainsi que les villageois furent sauvés d’une mort certaine.

Il nous arrive parfois des choses que nous percevons comme des catastrophes. Toutefois, quand on subit une grande perte, le monde nous donne un bien que nous n’attendions pas. Ce que l’on perd et ce que l’on obtient s’équilibrent. Mais, si on n’est pas dans la voie spirituelle, tout ce qui nous arrive nous paraît totalement néfaste, comme les villageois de l’histoire. Si on te prive de quelque chose, demande-toi si ce n’est pas toi qui as provoqué ceci, et dis-toi que cela est peut-être pour ton bien. Dans une lecture de Tarot, mon consultant s’est amèrement plaint du fait que son aimée l’avait laissé tomber. Je lui dit : « Réjouis-toi, tu as enfin cessé de vivre avec une femme qui ne t’aimait pas. Tu peux maintenant commencer à vivre dans la réalité.  »

De même que les villageois perdent leurs animaux et le feu, nous, qui vivons dans une époque difficile, nous perdons d’anciennes amarres qui nous donnaient la sécurité. Nous étions attachés à des coutumes familiales, à une morale religieuse, à une culture nationale, à des idées politiques, à un système économique. Tout ceci nous a déçu. Le monde est entré en crise. Et les individus aussi. Le monde, avec ses lois caduques, ne nous demande pas notre avis : tous les systèmes avancent vers la dictature. Ceux qui monopolisent le pouvoir, ne nous laissent pas être qui nous sommes, ils nous obligent à être ce qu’ils veulent que nous soyons. Nous n’avons pas de but existentiel. Nous devons combattre et travailler pour enrichir les grandes multinationales. Est-ce une malédiction ?  Non, c’est pour nôtre bien !

Comme le ver qui se tord pour donner naissance au papillon, l’actuelle situation catastrophique, par laquelle la planète entière est menacée, en nous indiquant que nous sommes menacés par une extinction de notre espèce, nous propulsera vers le réveil imminent des consciences.

Nous apprendrons à être libres, c’est-à-dire à nous détacher de tout par ce qui n’est pas authentique : nous oserons démolir les limites inculquées dans notre esprit par des cultures qui pendant des siècles ont vécu en empêchant le changement, la mutation, pour ainsi, au nom de la tradition, pouvoir mieux nous asservir. Entre la dispersion subjective, penser une chose, aimer une autre, souhaiter une autre et faire une autre chose, nous choisirons l’unité, pour ainsi nous développer nous-mêmes, apprendre à nous aimer libérés du Moi, à reconnaitre que nous sommes une œuvre divine. Alors, sans chefs bouffons, nous serons propriétaires de nous-mêmes, ayant une confiance totale en notre destin, en union avec tous les autres et en acceptant la Planète Terre comme notre seule patrie.

Image : Muha

Publicités

Une réflexion sur “Cabaret mystique 13 • Récupérer la réalité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s