Conversation avec le Maître (9)

 

– Maître, je me demande comment progresser, comment agir dans l’adversité, comment administrer un pouvoir, comment comprendre les autres, comment me comporter. J’ai besoin de tes conseils.

– Si tu veux progresser, ne prends pas exemple sur cette bougie qui, voyant l’immense lumière du soleil, a prétendu être comme lui, et s’est posée à ses côtés.  Elle a fondu ! Par contre une autre bougie, sans délire de grandeur, dans un coin sombre, est parvenue à allumer sa mèche et à donner de la lumière pendant le temps de vie que le destin lui avait accordé… Au milieu de l’adversité garde ton calme, précisement comme si tu étais dans la prospérité. Ne fais pas comme ce morceau de bois qui était tombé dans l’océan : quand a explosé un orage, secoué, il s’est exclamé «  La mer doit me haïr, c’est pourquoi elles est si agitée ! Que lui ai-je fait pour qu’elle me poursuive ainsi ? »…

Si tu as le pouvoir et que des hommes simples dépendent de toi, ne fais pas comme ce roi à qui des paysans demandaient qu’il envoie un technicien, voyant que le délabrement du barrage menaçait leurs récoltes. Le roi envoya un technicien qui, arrivant au village où on avait besoin de lui, conseilla aux paysans qu’ils bouchent les crevasses avec des semelles. La solution n’a servi à rien ! Quand est arrivée l’hécatombe, l’émissaire s’est excusé en disant qu’il était technicien en fabrication de chaussures, pas en construction de barrages… Quand tu rencontres un être dont les actions te paraissent incompréhensibles, ne ris pas, examine. Un voyageur rencontra un vieillard de quatre-vingt-dix ans, veuf et solitaire, qui plantait dans son jardin des garines de pommier. Il se moqua de lui : « Pourquoi plantes-tu ces arbres alors que tu vas mourir avant qu’ils soient grands ? » Le vieux répondit : «  Quand je suis venu au monde, j’ai mangé les pommes que d’autres avaient planté de nombreuses années auparavant ; aujourd’hui, je paye ma dette !  »… S’il y a deux pots en terre et qu’une brique tombe sur l’un d’eux, le mettant en morceaux, ne fais pas comme l’autre qui, par vengeance, se laissa tomber sur la brique.

Alejandro Jodorowsky

Image : Vsevolod Shvayba

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s