Nous sommes nombreux à ne pas avoir appris à caresser, à embrasser, à toucher l’autre… Comment développer ces attitudes affectueuses ?

Alejandro Jodorowsky : Beaucoup d’enfants souffrent de maux psychologiques qu’ils traînent jusqu’à la maturité, parce que leurs parents n’ont pas su les caresser avec la tendresse nécessaire. Et si ceux-ci ne l’ont pas fait, c’est parce qu’à leur tour ils n’ont pas connu de tendresse authentique de la part de leurs propres parents. Pendant des siècles on a attribué au toucher des intentions obscures. Un père ou une mère peuvent ressentir de la peur envers leurs élans homosexuels ou incestueux, et caressent leurs enfants avec un amour mêlé de rejet parce qu’ils se méfient d’eux-mêmes ou parce qu’en se dévalorisant, ils dévalorisent leurs enfants. Si nos parents n’ont pas reconnu la part sacrée de leur corps, nous ne pouvons pas nous aimer. Pour pouvoir bien toucher un être aimé, nous devons concentrer dans nos mains l’énergie corporelle, sexuelle, émotionnelle et intellectuelle ; sentir en elles l’espace infini, le temps éternel, l’amour incommensurable qui est source de la matière, la joie grandiose de vivre. Quand nous touchons l’autre nous pouvons lui transmettre tout cela. Toucher c’est accompagner, c’est-à-dire entrer en contact avec le corps, l’âme et l’esprit dont l’autre à besoin… Ce qui caractérise un mammifère c’est, avant toute autre chose, le battement se son cœur et sa respiration. Deux rythmes enveloppés dans une peau. Pour bien développer le contact affectueux, il est nécessaire de prendre l’autre doucement et de lui faire poser une oreille contre notre poitrine, dans la région du cœur. Le premier son que nous entendons à l’état fœtal est celui du cœur de notre mère. Donner à entendre le battement de notre cœur est la première caresse que nous pouvons offrir aux êtres que nous aimons. Alors que nous avons approché l’être aimé de notre poitrine, nous sentons ses inhalations et exhalations respiratoires. Nous accordons nos respirations, pour qu’il n’y ait pas de différence entre son rythme pulmonaire et le nôtre. Ainsi, en formant une unité, nous nous accompagnerons profondément. Ensuite occupons-nous de satisfaire la peau en même temps que l’âme. Un enfant, pour croître sainement, a besoin d’avoir la conviction absolue qu’il est aimé. Très peu grandissent avec cette preuve d’amour total. Nous vivons, d’une certaine façon, en nous sentant incomplets émotionnellement. Pour faire cesser ceci, consacrons-nous avec une affection et une attention intenses à embrasser tout le corps de l’être aimé, des pieds à la tête, sans négliger aucune partie de leur peau. À chaque baiser disons « Je t’aime ». Si cette cérémonie est effectuée avec dévotion, la quantité de baisers sera grande et le parcours sur le corps complet prendra au moins une heure. Après ces belles activités, les caresses et les embrassades seront partagées avec bonheur sans avoir besoin que personne ne nous enseigne comment le faire.

Réponse d’Alejandro Jodorowsky à Plano Creativo

 Image : Amma embrassant un enfant (elle a embrassé plus de 29 millions de personnes partout dans le monde)

Publicités

Une réflexion sur “Nous sommes nombreux à ne pas avoir appris à caresser, à embrasser, à toucher l’autre… Comment développer ces attitudes affectueuses ?

  1. Les massages sont aussi un bon moyen de « réparer » des lacunes, se laisser aller, faire confiance, demander, se détendre dans un bon massage doux et profond, neutre mais aussi plein d’amour, une relation hors des mots (maux), où l’énergie échangée construit un tissus de caresses nourricières, qui peuvent permettre de grandir là où l’on était resté frustré, « incomplet » ..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s