Alejandro, nous connaissons tous le conte initiatique de « la cuiller de porcelaine ». Aujourd’hui, dans notre société, quelle « montagne » nous cache la lumière du soleil ?

Alejandro Jodorowsky : Un jour je me suis dit : « S’il m’est impossible de changer le monde, au moins je peux commencer à le changer ». Toute immense tâche, aussi impossible qu’elle puisse paraître, peut être entreprise, bien que nous ne soyons pas certains qu’un jour nous la terminerons. Il est impossible de créer un arbre, mais on peut planter une graine. D’autres êtres, d’autres événements, se chargeront de la faire croître… Aujourd’hui, l’immense et apparemment insurmontable montagne, c’est l’argent. Presque la totalité des êtres humains, ont pour objectif d’accumuler un capital. Ce n’est pas la religion, ni la philosophie, ni la politique qui dirige nos vies : c’est l’industrie. Submergés dans la terreur économique, nous vivons avec la peur de perdre, en consommant et en concurrençant, en vendant, en travaillant dans ce que nous haïssons, en croyant que ce qui produit beaucoup de billets est admirable. Les églises ont transformé la Sainte Trinité en trillions, la médecine est un commerce, on déifie les courtiers en bourse, les banquiers blanchissent l’usufruit des trafiquants de drogue, les politiciens sont les marionnettes des groupes économiques, la société se base sur des escroqueries légales, le dollar a remplacé les valeurs spirituelles. Notre système monétaire indigne, assassinant la planète, doit être changé. Toutes les activités ne doivent pas forcément être régies par l’ambition monétaire. Ma petite cuiller de porcelaine est d’effectuer des travaux de guérison de manière gratuite, au moins une fois par semaine. Le mercredi je lis le Tarot gratuitement pendant trois heures et je donne des conseils de psychomagie. Tous les jours j’écris sur Plano Creativo et Twitter, en essayant de donner le meilleur de moi-même, en ensemençant la conscience. Quand j’effectue des activités lucratives, j’en consacre 10% à aider ce ou ceux qui en ont besoin. « Petits actes de bonté soumis à  l’indifférence d’un dieu (d’une société) incapable de discerner le bien du mal, la lumière de son ombre. »

Réponse d’Alejandro Jodorowsky à Plano Creativo

Publicités

Une réflexion sur “Alejandro, nous connaissons tous le conte initiatique de « la cuiller de porcelaine ». Aujourd’hui, dans notre société, quelle « montagne » nous cache la lumière du soleil ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s