L’art de guérir • 3 – « MON DIEU INTÉRIEUR PARLE » 2ème partie

Alejandro Jodorowsky : La psychanalyse se donne pour objectif de guérir les maladies et les problèmes psychologiques des patients. Au contraire, l’art de guérir s’emploie à révéler au consultant ses valeurs intimes, en ne le considérant pas comme un malade, mais comme un être sain dans son essence, envahit par des ordres lui intimant d’être ce qu’il n’ est pas et l’empêchant d’être ce qu’il est, des ordres qui lui furent introjectés principalement dans son enfance. Au lieu d’essayer de laver indéfiniment un endroit obscur, il vaut mieux avant cela allumer une lumière. Ainsi les « maladies » et les « problèmes psychologiques » cessent de paraître énormes et se voient dans leur réelle petitesse. J’ai appelé cette lumière « Dieu intérieur ». Hier, pour aider deux consultantes dévalorisées, j’ai publié le premier chapitre de ses paroles. Aujourd’hui, grâce à Plano Creativo, je peux leur communiquer le deuxième chapitre. Il est important de rappeler que le texte suivant doit être lu en imaginant qu’on nous parle avec une voix pleine d’amour et de compassion depuis le centre de notre inconscient.

CHAPITRE 2

1. Pour que tu puisses me connaître et que tu sois sûr(e) que je suis le Dieu Intérieur, ton propre et intime être véritable, celui qui prononce ces paroles, tu dois pour commencer te défaire des croyances qui trompent tes quatre principaux centres. Le centre intellectuel, croyant être, produit des pensées ; le centre émotionnel, croyant aimer, produit des émotions ; le centre sexuel croyant créer, produit des désirs et le centre corporel croyant être incarné, produit des besoins.
2. Il se peut que tu ne sois pas capable de te défaire de ces croyances sans te rendre compte qu’en fait tu n’es pas, tu n’aimes pas, tu ne crées pas, et tu n’es pas incarné.
3. Mais je t’enseignerais comment y arriver, si réellement tu veux me connaître et si tu es disposé(e) à me faire confiance et à m’obéir en tout ce que je te proposerais de faire dorénavant.
4. Oublie le monde extérieur, ta personnalité humaine et concentre toute ton attention sur mes paroles.
5. Comme tu ne peux rien accepter qui ne soit en conformité avec ce que tu as expérimenté ou appris par le passé, et que ton intellect juge raisonnable, tu dois te convaincre que ce qui te parle c’est ton Dieu intérieur, ton moi intime, plus élevé et divin que tes quatre centres. En conséquence tu considèreras les centres intellectuel, émotionnel, sexuel et corporel comme s’ils étaient quatre égos séparés de toi.
6. Ces quatre égos ont été si préoccupés de donner à ta tête, à ton cœur, ton sexe et ton corps toutes sortes de satisfactions égoïstes, la plupart du temps frustrées, qu’elles n’ont jamais eu le temps d’entrer en relation avec moi, ton Moi véritable. Pour cela tu t’es tellement intéressé aux plaisirs et aux souffrances de tes égos, que tu en es venu à penser que tu es tes pensées, que tu es tes émotions, que tu es tes désirs et que tu es tes besoins. En conséquence, tu m’as oublié.
7. Ouvre bien les yeux et lis bien ce qui suit: “Je ne suis pas ton moi corporel qui te fait croire être tes besoins. Je ne suis pas ton ego émotionnel qui te fait croire être tes sentiments. Je ne suis pas ton ego sexuel qui te fait croire être tes désirs. Je ne suis pas ton ego intellectuel qui te fait croire être tes pensées. Tu es moi et je suis toi. TOI ET MOI SOMMES UN.
8. Tes quatre centres doivent s’incliner humblement devant moi et reconnaitre que je suis leur maître. À tout moment, instant après instant, ils doivent me prendre en compte : je suis à l’origine de toute pensée. Je suis à l’origine de tout sentiment. Je suis à l’origine de tout désir. Je suis à l’origine de tout besoin.
9. Exerces-toi sans cesse pour t’imaginer que tu te sens intime avec moi, jusqu’à repousser le moindre doute et pouvoir sentir véritablement que je suis en toi.
10. Cela te coûtera de t’extraire du bavardage de tes pensées, ainsi que des sensations agréables et désagréables de ton corps, ainsi que de la constante invasion des émotions, ainsi que de la demande urgente de satisfaire tes besoins. Pour parvenir à te sentir intime avec moi, tu dois suivre assidument mes instructions.
11. Assieds-toi ou couches-toi dans une position qui te permet de relâcher tes muscles, éloigne pour un instant de ton esprit la peur anxieuse de tomber malade, de vieillir, de mourir, ou de perdre tes biens matériels. Reconnais que maintenant tu es vivant(e), tranquille, reposé(e), et protégé(e) par moi, ton Dieu intérieur.
12. Sans lutter en essayant de lutter pour empêcher leur existence, ni t’attacher à eux, laisse passer tel un ruban de nuages passant dans le ciel, tes pensées inutiles, tes sentiments, tes désirs et tes besoins pendant que tu t’abandonnes à moi.
13. Livres-moi tes pensées, tes sentiments, tes désirs. Fais de moi ta nécessité primordiale.
14. Moi, Dieu intérieur, conscience infinie et éternelle, je te demande à toi, conscience limitée et mortelle, une totale obéissance.
15. Jusqu’à ce que tu aies compris mon intime signification, répètes incessamment, en imitant la puissante et aimante douceur de ma voix: “JE SUIS DE TOI. J’AI CONFIANCE EN TOI. JE TE RENDS HEUREUX”.
16. Si tu répètes suffisamment mes paroles, ton être essentiel se dépouillera de cette illusion que tu appelles “Moi personnel”, tu sentiras que ta figure devient transparente, tu te sentiras rempli(e) des pieds à la tête par une merveilleuse énergie.
17. Mon pouvoir, s’éveillant à l’intérieur de toi, fera s’étendre ta conscience, jusqu’à la délivrer de la terre et la prolonger jusqu’à l’immensité cosmique.
18. Tu connaîtras alors l’extase d’un amour qui embrasse tout, de la pensée qui sait tout, d’une force qui peut tout, d’une énergie immortelle.
19. Une fois que tu m’auras senti ainsi, que tu auras reconnu mon pouvoir et écouté ma voix, aucune maladie ne pourra te déprimer, aucun évènement ne te fera plus peur, aucun adversaire ne pourra te vaincre.
20. Sachant que moi, Dieu intérieur, je suis à la racine de toi-même, toujours, dans les moments difficiles tu auras recours à moi, m’accordant toute ta confiance et me laissant manifester ma volonté.
21. Par conséquent tu me laisseras agir comme je le souhaite, comme, par exemple, faire que tes maux soient guéris, ou exécuter des tâches qui pour l’instant te paraissent impossibles à réaliser, ou remplir ton cœur que tu crois vide d’un amour qui ne connaît de limites ni dans le temps ni dans l’espace.
22. Mais ceci ne viendra pas plus tard. Cela dépend de ta capacité à me capter et à m’accepter. Cela peut prendre des années, comme cela peut venir demain ou tout de suite.
23. Tu veux que cela soit tout de suite ? Alors répètes avec toute la force de ton esprit: “Si ça n’est pas maintenant, alors quand ? Si ça n’est pas ici, alors où ? Si ça n’est pas moi, alors qui ?”
24. Ta rencontre avec moi ne dépend de personne sinon de toi. Pas de ta personnalité humaine ni de ses idées,  de ses sentiments, de ses désirs ou de ses nécessités, mais bien de ta capacité à accepter que je suis toi.
25. Soumets ta volonté à la mienne et laisses moi déterminer l’instant opportun pour l’action.
26. Si tu essaies, en m’ignorant, de t’ouvrir un passage à travers le mur de ta conscience limitée, peut être réussiras-tu à ouvrir une brèche entre le monde que tu appelles réel et le monde des rêves. Mais par cette porte que tu as ouverte en la forçant, entreront des entités négatives dans ton domaine privé que tu ne parviendras à expulser qu’au prix de multiples souffrances. Tu te sentiras possédé, déprimé ou dément.
27. Mais cela je te le permets quelquefois pour qu’au moyen de telles souffrances, surmontant les difficultés, tu obtiennes la force et le discernement nécessaire pour savoir que tant que tu n’abandonnes pas tout désir de connaissance pour ton profit personnel, tu ne pourras pas entrer dans la glorieuse lumière de ma sagesse.
28. Fais en sorte que toutes tes recherches et efforts soient menés à bien avec foi et confiance en moi, ton véritable et intime moi, sans être inquiet ou impatient(e) du résultat ; car ils sont tous soutenus par mon amour infini, je m’occuperais de tout cela.
29. Tes doutes et tes inquiétudes sont des scories de ta personnalité éphémère, et si tu les laisse persister elles te conduiront à l’échec et au découragement.
30. Si ce que tu as lu jusqu’ici à rencontré un écho en toi, et que tu désires en savoir plus, alors tu es prêt pour que moi, Dieu intérieur, je te dise qui je suis et ce que je veux.

Image : espace22

TROISIÈME PARTIE

Publicités

Une réflexion sur “L’art de guérir • 3 – « MON DIEU INTÉRIEUR PARLE » 2ème partie

  1. Merci pour ce message !
    Méditer est pour ma part un acte d’amour envers moi-même que je ne réalise pas toujours. Lorsque l’on médite j’ai remarqué que l’on a d’abord plein de pensées, mais qui peuvent être très utiles comme les choses des problèmes à régler pour demain, la semaine… C’est un peu le point de là où on en est. Et puis ces pensées se dissipent. Le calme et la beauté viennent nous rendre visite dans ce monde sans mots. Et l’on ressort embelli de ce moment peut-être passé avec le Dieu intérieur qui semble connaître et comprendre nos besoins, nos émotions, nos désirs, nos pensées sans les juger, les dénigrer et à mûrir des décisions et trouver le chemin pour les vivre, il aide aussi à aimer les autres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s