Cabaret mystique 9 • Pensée magique (5)

Alejandro Jodorowsky

7.- “Aucune personne n’est ce qu’elle paraît être. Rien n’est ce qu’il paraît être”.
Dans la vie quotidienne aucune personne n’agit en utilisant toutes ces cellules cérébrales. Nous utilisons une petite quantité de neurones, 10, 20, 50 ? Mais nous en avons plusieurs millions, autant que nous voyons d’étoiles dans le ciel. Dans ces quelques neurones que nous utilisons, réside notre “identité”, le Moi artificiel formé par la famille, la société et la culture. Mais nous ne connaissons pas notre Moi réel. Les neurones que nous n’utilisons pas consciemment à l’état de veille sont vivants et fonctionnent tout le temps de manière inconsciente. Nous portons à l’intérieur de notre crâne un organe qui contient toute la sagesse de l’univers. Notre “individualité” est peu de chose si nous la comparons à l’être immense que nous sommes en essence. Cet être se révèle dans nos rêves, contient toutes les réponses, il est capable de réaliser ce que par incompréhension de la réalité nous appelons “miracle”… Pour développer nos capacités nous devons, en maîtrisant la peur de changer (changer signifie désobéir à la famille et à la société), nous arrêter d’observer ce qui ce passe en nous. Dans le domaine de l’intellect, souvent pétrifié par des idées obsolètes imposées par la “tradition”, dans une angoissante activité continue, nous repoussons l’immensité des idées qui viennent accompagner chaque pensée habituelle que nous avons. Notre égo limité flotte comme une petite île dans l’infini et puissant inconscient collectif. La même chose nous arrive avec les sentiments, les désirs et les besoins. Nous avons peur de sentir de manière différente de celle de notre famille et de nos amis, nous sommes sans cesse assaillis par des désirs qui, à cause de morales implantées par des prêtres fanatiques, nous font honte ou nous inquiètent, nos besoins ont été déformés par la publicité industrielle ou par des intérêts politiques. Ces limites nous empêchent de passer de l’enfance à la conscience adulte. Au lieu de lutter de toutes nos forces pour obtenir la totale liberté spirituelle, en plus de consommer des futilités, nous nous bernons en nous enlisant dans tout un tas d’espoirs romantiques, comme si le but essentiel de la vie était le conte de fées où un prince rencontre une princesse idéale…

Si nous voulons changer le monde, nous devons commencer par nous changer nous-mêmes : je parle de changement dans le sens de développement, de mutation.

Volontairement, nous devons affronter nos souffrances et nos peurs. La première d’entre elles, ne pas avoir été aimé. Si nos parents ne se connaissent pas eux-mêmes et vivent avec une individualité artificielle, il est impossible qu’ils nous aiment réellement. Aimer c’est mener ses enfants au développement maximal de la conscience, aimer ce n’est pas implanter des idées, des sentiments, des désirs et des nécessités caduques. Il n’y a pas une seule personne qui ait été totalement aimée étant enfant. Nous devons tous faire nôtre le devoir ardu de nous découvrir tel que nous sommes et pas comme on nous a dit que nous étions, pour enfin nous aimer nous-mêmes. Qui ne s’aime pas soi-même ne peut aimer les autres… Nous devons affronter nos sentiments et nous rendre compte que nous tournons en rond comme la couleuvre qui se mord la queue, enfermés dans des émotions qui sans cesse répètent les mêmes émotions que nous avons eu dans l’enfance. Ce qu’on nous a fait étant enfant, nous continuons à nous le faire aujourd’hui, ce qu’on ne nous a pas donné, nous continuons à ne pas nous le donner aujourd’hui… Sans peur nous devons respecter nos désirs, sans nous dire, je ne suis pas comme ça. Pour monstrueux qu’ils nous paraissent, nous devons les laisser se manifester dans notre conscience. Ensuite nous pouvons décider s’il nous convient ou non de les réaliser… Nous devons surveiller nos besoins, voir si nous sommes en train de respirer l’air qui nous convient, si nous mangeons ce dont nous avons véritablement besoin, si les objets qui nous entourent sont nécessaires, si le travail qui dévore notre temps est celui qui correspond à notre talent, si le(la) conjoint(e) qui nous accompagne apporte de la joie ou non à notre vie.

Cet exercice est utile :

Sors faire un tour. Tous les cent mètres, change de manière de te sentir : marche comme si tu étais très petit(e), presque un(e) nain(e), marche ensuite comme si tu avais un corps énorme, ensuite, marche comme si tu étais la personne la plus laide de la rue, ensuite comme si tu étais la plus belle, tu te sens faible, tu te sens avec une force colossale, tu es un assassin, tu es un(e) saint(e), tu es le démon, tu es Dieu, mince, obèse, tu marches triste, tu marches plein(e) de joie.

Les scientifiques ne savent pas encore ce qu’est la matière universelle. On connaît à peine 10% d’elle. Le reste est un mystère. Rien n’est ce que nous croyons qu’il est. Tout ce qui existe est vivant. Ce qui paraît inanimé vit en réalité à une autre vitesse. Les montagnes ne sont pas immobiles, elles se déplacent sur la croûte terrestre comme d’immenses vagues. Il ne faut rien considérer comme invariable. Tout a la possibilité de changer. Même toi.

Je te conseille cet exercice :

Fais une liste de tout ce que tu crois être et de tout ce que tu as et n’as pas… Puis dates-les : “Je suis seul(e), aujourd’hui” “Je n’ai pas de travail, aujourd’hui” “Je ne sais pas chanter, aujourd’hui” “Je suis entouré(e) d’amis, aujourd’hui” “Je suis vivant(e), aujourd’hui” “J’ai plusieurs enfants, aujourd’hui” ”Je ne fais pas de miracles, aujourd’hui”. “Je ne m’aime pas, aujourd’hui”… Lutte pour ta liberté et la liberté des autres. Accepte avec gentillesse celle ou celui qui est différent(e) de toi.

Image : Ruadh DeLone

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s