Erickson: « La surprise aide toujours »

Erickson soutenait que les éléments de choc et de surprise étaient utiles pour casser des dispositions mentales rigides. La surprise ne devait pas être suscitée de manière artificielle.
Un thérapeute commente que lorsqu’il lui rendit visite pour la première fois, au milieu de la conversation qu’ils entretenaient, il sortit d’un tiroir un klaxon en caoutchouc venu d’un petit tricycle et il le fit sonner trois fois…
Ce qui eut pour effet que ce thérapeute sortit de son équilibre d’attention et se mit à lui évoquer des souvenirs d’enfance.
Erickson connaissait toujours la finalité de ses plaisanteries et effets humoristiques, et le patient non. Il cherchait à modifier les réponses « malades » ou autodestructrices d’un individu, en les convertissant en réaction plus saines ou plus constructives.
Beaucoup de ses techniques avaient pour but de maintenir et d’augmenter l’intérêt et la motivation du patient : pour cela il les défiait, stimulait leur curiosité et faisait appel à l’humour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s