Les deux hémisphères du cerveau

Le cortex est divisé deux parties que nous appelons des hémisphères, qui sont chargés d’effectuer des fonctions différentes et complémentaires. Chaque hémisphère régit un côté du corps, ainsi l’hémisphère droit régit le côté gauche et l’hémisphère gauche le côté droit du corps.

C’est dans l’hémisphère gauche qu’est traité le langage ; grâce à lui nous comprenons la signification des mots et le sens des phrases que nous entendons ou lisons, ainsi nous pouvons ensuite construire nos propres discours pour exprimer nos pensées. Cet hémisphère se comporte de manière analytique, construit des arguments, juge et critique, construit des raisonnements logiques, calcule et planifie. Sa façon de procéder est séquentielle, c’est-à-dire linéaire, C’est pourquoi nous disons qu’il est temporaire.

D’autre part, l’hémisphère droit est l’hémisphère de l’image, de la musique, de la projection spatiale, de l’intuition, de l’empathie, sa pensée est synthétique et holistique, c’est-à-dire, qu’il ne peut pas diviser un tout en ses éléments avec la même facilité que l’hémisphère gauche, mais qu’il est capable de regrouper des éléments séparés et d’avoir une compréhension globale. Cet hémisphère est spatial, pour lui ne le temps n’existe pas, il est ici et maintenant. C’est aussi l’hémisphère des sentiments.

Les deux hémisphères sont réunis par un ensemble de nerfs qu’on appelle le corps calleux. Ce qui est normal, c’est que les deux parties établissent un dialogue fluide, qu’elles s’entraident et se complètent. Mais il est certain qu’elles peuvent entrer en conflit ou qu’une de ces parties soit inhibé au bénéfice de l’autre. Le système éducatif actuel contribue à cela en continuant à se baser des hypothèses du passé. Il est important que nous commencions à mettre en pratique des techniques permettant de développer et de renforcer chacun des hémisphères et leur collaboration mutuelle.

Si nous nous demandons lequel des hémisphères est le plus important, nous devrions nous souvenir les mots d’un poète soufi qui disait :

« Tous les hommes voudraient cheminer sur la route de la Connaissance.
Cette route, les uns la cherchent, d’autres affirment qu’ils l’ont trouvée.
Mais, un jour, une voix criera : « Il n’y a ni route ni sentier ! »

Omar Khayamm

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s